Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ouvrage

Quand la France sera réveillée par un Chinois, le monde tremblera !

 

Publié par yuntao

« En 1980 PIB par habitant en France est 12,672 $, en Allemagne 12,092, aux États-Unis 12,597, mais 37 ans après en 2017 en France 38,476, en Allemagne 44,469, aux États-Unis 59,531. Les chiffrés dépendent des ressources différentes. Je les ai affichés pour se demander pourquoi la France a reculé, non seulement par rapport à la Chine, mais aussi en Occident. La France était le champion parmi les trois. Qu’est-ce qui se passe pendant 37 ans ? »

 

Le 2 octobre 2018, j’ai affiché cette annonce dans https://forum-politique.org

Jusqu’au 21 octobre, elle a eu 1627 vues et 178 réponses, les internautes français sont à la fois intelligents et humoristiques. Voici des citations typiques que j’ai choisies pour partager avec vous. Cela ne signifie pas qu’elles sont toutes « correctes politiques », mais elles méritent bien d’être réfléchi ensemble. 

 

seraum:

Essai juste de créer une entreprise en France, tu vas comprendre immédiatement ou se trouve l'erreur. 

Le poids et les contraintes appliqués sur le travail sont ici bien plus fortes qu'ailleurs.

 

 Alberto

Il s'est passé que la France a été gouvernée la grande majorité du temps par la gauche et alternativement par une droite molle paralysée, coincée à son ED par un FN diabolisé. Aucune bonne décision n'a été prise en 37 ans.

 

zenon

La techno-structure de la France est figée entre des nécessités libérales et les aspirations socialisantes d'une majorité de Français. Les mesures en France ne sont acceptées que si elles bénéficient aux plus modestes. Les autres mesures parmi lesquelles se trouvent des réformes pour rivaliser avec les autres pays sont rejetées en bloc de manière systématique. Les Français représentés par les organisations officielles voudraient une économie de marché qui soit au service d'un socialisme consumériste. C'est très difficile de réaliser une telle prouesse sans se marginaliser progressivement.

 

 agri-info-intox :   

Surtout que sur la même période, la riche Allemagne Fédérale a fusionné avec l'Allemagne de l'Est dont les habitants avaient un PIB/h de moitié inférieur. Toutefois en Europe, la croissance la plus spectaculaire sur la même période est celle de l'Irlande, dont le PNB/hb très inférieur en 1980 est aujourd'hui supérieur à celui de l'Allemagne.

 

Cobrasse

Notre appartenance à l'UE n'a aidé en rien nos capacités réelles, un véritable handicap inadapté.

 

 spitfire

Les USA et l'Allemagne ont eu des politiques industrielles plus pertinentes. Ils ont investi dans les nouvelles technologies et la R&D alors que la France faisait les 35h. Il a fallu attendre Macron pour avoir enfin une politique industrielle plus tournée vers l'innovation et le développement des entreprises.

 

 france2100

La France consomme plus qu'elle ne produit, vous ne pouvez pas réparer cela avec de la redistribution (pseudo-emplois peu productifs qui dissuaderont les chômeurs de chercher un vrai boulot). Quant à compter sur une politique de la demande financée par la dette pour stimuler les investissement, on voit ce que ça a donné depuis 1981.

Tout discours économique qui ignore le problème de la compétitivité est une tartufferie.

(Personnellement, j’adore cette dernière phrase qui a bien conclu l’incompétence des hommes politiques dans l’économie française)

 

Tout comme je suis d'accord pour dire que la competitivité, bien qu'indispensable, ne suffit pas : il faut lui adjoindre une volonté politique pour développer certains écosystèmes (et non pas des entreprises), par exemple via des commandes publiques.

En revanche je ne crois pas un instant que distribuer des chèques à crédit à tout le monde va redémarrer notre économie. D'autant que c'est ce que nous faisons dans les faits depuis 1981.

Quant la politique de Macron, je la crois inefficace (tout en lui reconnaissant certains mérites), mais en toute honnêteté on ne mesure pas les effets d'une politique économique sur deux ans : la prospérité se construit sur plusieurs décennies. Les résultats initiaux pourraient être aussi mauvais que ceux à long terme seraient bons, même si je ne crois pas que ce soit le cas ici.

 

 

Et concernant une opinion que la mondialisation, en particulier la Chine est considérée comme le « bouc émissaire », voici des réflexions différentes.

 

 agri-info-intox :   

Il me semble que les salaires en Ukraine sont au niveau, voir plus bas que ceux de la Chine.
La compétitivité de la Chine, ne repose plus sur ses seuls bas salaires, mais surtout sur son efficacité industrielle et commerciale.

 

 france2100

Plus fondamentalement vous semblez blâmer la Chine, or celle-ci a remplacé peu de nos productions : le made in China a surtout remplacé le made in Taiwan, qui lui-même avait remplacé le made in Japan.

La France a toujours été en concurrence avec l'Allemagne bien plus qu'avec la Chine. Nos secteurs industriels se recouvrent bien plus dans le premier cas que dans le second. Les causes de notre malheur s'appellent Mitterrand, nationalisations, réunification allemande, lois Hartz, 35h, euro, etc.

Nos entreprises sont en concurrence avec des entreprises américaines et allemandes, pas chinoises. Et nos ouvriers sont en concurrence avec des ouvriers polonais, roumains, espagnols, marocains et algériens, plus souvent que chinois. Regardez où sont fabriquées les voitures vendues en France : pas en Chine. Quant à Airbus, ils délocalisent aux USA.

...

 

Voilà, la raison pour laquelle je crois toujours dans le peuple français. Écoutons la voix du peuple est le meilleur départ pour rechercher la solution. Si un jours où la souveraineté est retrouvée chez le peuple, la France se redressera !

 

En fait, le modèle économique américain repose sur trois piliers : 1. La domination de Dollar et du pouvoir financier dans le monde ; 2. Le veste marché intérieur qui ne cesse de s’élargir grâce à l’immigration ; 3. Industrie de haute technologie. Le modèle économique allemande reposer sur deux piliers : 1. La réputation de « Made in Germany » ; 2. L’importance de l’exportation, notamment l’exportation des PME allemandes.

 

Par rapport aux États-Unis, la France n’a ni l’Industrie de haute technologie comme eux, ni le veste marché intérieur comme le moteur de la croissance, le modèle américain ne lui convient pas. Or, d’une part, le « Made in France » n’est pas aussi reconnu dans le monde que le « Made in Germany », d’autre part, l’exportation française est plus faible que celle allemande, notamment chez les PME françaises.

 

Voici les chiffres concernant (Banque mondiale)

https://donnees.banquemondiale.org/indicateur/NE.EXP.GNFS.ZS?end=2016&locations=DE-FR-CN-US&start=1980

Exportations de biens et de services (% du PIB)

 

 

En 1980, l’exportation de biens et de services en Allemagne était 18,67% du PIB, en France 20,98% du PIB, la France était gagneur. Or, en 2016 le chiffre allemande est 46,12% contre 30,16% de la France. La France a perdu, car on n’a pas pris en considération de l’exportation. Par exemple, en 2017 l’exportation française en Chine est 21 milliards dollars contre 99 de l’Allemagne.

 

Donc, à cause de 10% de chômage et du pouvoir d’achat faible, le marché intérieur n’est plus le moteur de la croissance économique en France. Seule l’exportation peut redresse l’économie française, notamment le marché chinois qui sera bientôt le premier du monde. Par exemple, si la France rattrape l’Allemagne (en 2017 ci-dessus), ce sera 78 milliards dollars de l’augmentation, soit 65 milliards d’euros (avec le taux 1 : 1, 2) Si on compte généralement que 100 mille euros de l’exportation nouvelle crée un emploi. Il s’agit d’environ 650 mille emplois créés en France. Selon l’Insee, le nombre de chômeurs au début 2018 est 2,6 millions, 650 mille emplois baisseront directement 25% du taux de chômage.

Mais la plus importante est que la compétitivité de nos entreprises s’améliorera en gagnant le marché chinois. C’est un nouveau départ pour exporter le « Made in France » dans le monde entier.

 

Bref, la France devrait établir l’exportation comme le nouveau moteur de la croissance et la création des emplois comme la priorité de la croissance. Le premier pour gagner l’argent des étrangers, en particulier celui des Chinois, le deuxième pour augmenter généralement le pouvoir d’achat du peuple (non seulement les grands patrons) et le marché intérieur.

 

PS: En ce moment, à Shanghai ! La première édition de l'Exposition internationale sur l'importation de Chine se tiendra du 5 au 10 novembre à Shanghai, regardons ensemble une série de vidéos « En ce moment, à Shanghai ! – L’opportunité » introduisant la ville de Shanghai ! 

En ce moment, à Shanghai ! – L’opportunité

En ce moment, à Shanghai ! – La beauté

En ce moment, à Shanghai ! – L’énergie

En ce moment, à Shanghai ! – La culture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Citoyen lambda 21/10/2018 23:58

Il suffit de voir comment les têtes bien pensant critiquent le propos de Macron invitant un jeune chômeur de traverser la rue pour chercher du boulot et vous comprendrez pourquoi.