Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ouvrage

Quand la France sera réveillée par un Chinois, le monde tremblera !

 

Publié par yuntao

 

page 247

L’objet de l’exportation : augmenter 50% de l’exportation de bien d’ici 10 ans, soit environ 240 milliards d’euros[1]. Puisque 600 000 euros de l’exportation nouvelle crée 3 emplois (2 directs et 1 indirect) , soit 1,2 millions de nouveaux emplois nets. Et ensuite, toutes les mesures garantiront le chiffre d’aujourd’hui en 10 ans : 80 000 nouveaux emplois nets par an, soit 0,8 millions.

Donc, « l’Ouverture et la Réforme » à la française nous porteront au moins 2 millions de nouveaux emplois net d’ici 10 ans, cela baissera le taux de chômage moins de 5% et réalisera un budget bénéficiaire. En cours de ce progrès, il deviendra possible de baisser à la fois la dépense publique et les impôts. Suivant la croissance, nous le ferons petit à petit. »

référence supplémentaire

    On traite ce sujet par le biais prudent et conservateur pour nous encourager à faire les efforts pour la réussite. Ainsi on fait les efforts à simplifier les analyses pour que le grand public puisse comprendre le raisonnement.

   Il nous faut analyser 2 sujets fondamentaux :

  1. 600 mille euros de l’exportation nouvelle crée 3 emplois (2 directs et 1 indirects)
  2. La création de 2 millions de nouveaux emplois nets d’ici 10 ans peut baisser le taux de chômage moins de 5%.

 

600 mille euros de l’exportation nouvelle crée 3 emplois (2 directs et 1 indirect)

Il s’agit : 300 mille euros de l’exportation nouvelle crée 1 emploi net, et 2 emplois directs créés par l’exportation créera 1 emploi indirecte à l’intérieur du pays. Car selon « l’effet multiplicateur » dans la création des emplois, plus de nouveaux emplois créés, plus de la consommation, plus de la croissance, et plus de nouveaux empois créés, c’est un cercle vertueux « des emplois ». Notamment dans les pays dont la stratégie économique est la priorité de l’exportation : gagner l’argent des étrangers, consommer dans le marché intérieur, créer de nouveaux emplois, ... comme le Japon, la Corée du Sud, Taïwan de Chine, et la Chine continentale.  

Néanmoins, économiquement et techniquement, il n’y a pas d’étude précise et parfaitement convaincante sur le rapport entre l’augmentation de l’exportation et la création des emplois. Cependant, on peut trouver certains argumentations dans des statistiques officielles et des enquêtes personnelles. J’en vous montre 3 :

  1. Le rapport de la Commission européenne en 2015 : « EU Exports to the World: Effects on employment and income» , p. 202

 

 

1995-2011, l’exportation française extra-UE a augmenté de 135 milliards d’euros, cela a créé 1 456,7 mille emplois nouveaux (A.1 2011-1995) : 656,5 mille dans l’UE (A.2 2011-1995) ; 800,2 mille extra-UE (A.18 2011-1995) ; 579,2 mille en France (A.8 2011-1995) ; et 77,3 mille dans l’UE (hors de la France).

Il signifie : 1995-2011, 1 milliard d’euros de l’exportation française de plus extra-UE créent 10, 8 mille emplois nouveaux :  4,290 mille en France ; 0,573 mille à l’UE (hors de la France) ; 5,927 mille extra-UE.

Donc, environ 9,26 mille euros de l’exportation de plus extra-UE crée 1 emploi.

Et puis environ 233 mille euros de l’exportation de plus extra-UE crée 1 emploi en France, mais plus de 1,38 emploi extra-UE, en raison de la mondialisation.  

Si la France exécute la stratégie du « Marketing d’État » pour les « made in France » que j’ai proposée dans le livre, « 300 mille euros de l’exportation nouvelle crée 1 emploi direct » sera possible et conservateur.

 

  1. Les enquêtes personnelles :

Depuis longtemps, plusieurs occasions, j’ai posé la même question aux exportateurs : Combien d’euros d’augmentation de l’exportation dans votre entreprise peut créer un nouvel emploi chez vous ?

Malgré les réponses variées, « 300 mille euros » est un chiffre approprié, enfin conservateur. Même si ce n’est pas une analyse issue des études précises, ce chiffre repose sur les expériences des entrepreneurs dans le marché réel.

En tant qu’ancien directeur du Marketing et fondateur d’une entreprise, je crois en les expériences réelles des entrepreneurs plutôt qu’un rapport officiel et « politique ».

Donc, « 300 mille euros de l’exportation nouvelle crée 1 emploi direct » est crédible.

En fait, certains entrepreneurs sont optimistes, comme Michel Jonquères[2] : « Un emploi est créé en moyenne tous les 100 000 euros de chiffre d’affaires. [3]»  Considérant le salaire, le coût de production, le profit de l’exportation, « l’emploi » ci-dessus ne signifie pas l’emploi « direct », mais « direct et indirect ». Cela correspond aux rapports officiels.

 

  1. Le rapport “EU exports to the world: eects on employment 2018” p. 108

 

« 100 mille euros de l’exportation nouvelle supportent 1 emplois (direct et indirect ) » est possible, même si je suis un peu prudent, car c’est un rapport « officiel ».

Donc, soyons prudents, 600 mille euros de l’exportation nouvelle crée 3 emplois (2 direct et 1 indirect).  

 

La création de 2 millions de nouveaux emplois nets d’ici 10 ans peut baisser le taux de chômage moins de 5%. ( 2020-2030)

Puisque la croissance de la population augmente la nouvelle population active dans le marché du travail, la diminution des chômeurs = les nouveaux emplois nets - la nouvelle population active.

Selon « Projection de population active » d’INESS en 2011[4] - le nombre de population active scénario central (mille) :

 

 

    2020-2030, la nouvelle population active augmenterait 30 143 000 – 29 568 000 = 575 000, environ 600 000 (soyons prudents). Donc, la diminution des chômeurs = 2 000 000 – 600 000 = 1 400 000, soit 1, 4 millions.

    Dans l’hypothèse que le nombre des chômeurs en 2030 soit le même en 2018 : 2,468 millions[5]. Donc, le nombre des chômeurs serait 2,468-1,4=1,068 millions, et le taux de chômage serait 1,068/30, 143= 3,54%.  Pour référence : le taux de chômage en Allemagne ( en avril 2019) est 3.2%[6].  3.54% n’est pas « une utopie » !

Alors, même si on tient compte de tant de « particularités françaises », la création de 2 millions de nouveaux emplois nets d’ici 10 ans peut baisser le taux de chômage moins de 5%.

 

Moins de 5% du taux de chômage signifie le plein emploi, généralement, l’économie fonctionne à la façon du cercle vertueux.

À condition que les Français ne dépensent plus l’argent de nos enfants pour « vivre au jour le jour » sans « avenir », comme nous l’avons fait depuis 40 ans, nous pourrons baisser à la fois la dette publique et les impôts. Tout ira bien petit à petit.

De toute façon, on doit respecter et aimer le travail. C’est le travail qui fait de l’homme Homme.

Donc le sujet retourne au travail : Comment augmenter 240 milliards d’euros de l’exportation de bien d’ici 10 ans ? Et comment faire les PME françaises profiter aussi de cette croissance dans le mondialisation ? 

C’est le sens de « réveiller la France ! » : Chapitre 6 Ma France idéale – section L’Ouverture et la Réforme à la française et section S’enrichir ensemble.

 

 

 

 


[1] On compte : 1. 581,6 milliards dollars de l’exportation de bien en 2018 ; 2. Le taux de change :  1 euro = 1,2 dollar, donc c’est un objet prudent. 

[2] Michel Jonquères, Chef d’entreprise et Conseiller du commerce extérieur de la France (CCEF). Il est président du Medef Val-d’Oise et de la Commission internationale du Medef Ile-de France.

[5] Selon l’Insee, au sens du BIT, https://www.insee.fr/fr/statistiques/3713743

PRIX (livraison comprise)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article