Le 4 novembre 2011, Yun Tao a visité à Tulle. Il rencontré François Hollande, le candidat du PS. Ils ont discuté les sujets : la relation franco-chinoise, la crise et le déficit commercial franco-chinois (les mesures pour aider l’export de PME françaises). Il a accepté l’interview de France Bleu Limousin avec Muriel Vitel. 

Puisque certain médias français a posé la même question à Yun : Pourquoi les chinois s’intéressent à Hollande ? Voici sa réponse :

 Pourquoi les Chinois s’intéressent à Hollande ?

Yun : Pour les chinois, Monsieur Hollande est si nouveau qu’ils ne le connaissent pas, mais les chinois sont curieux parce qu’ils aiment bien les nouveaux. Ils veulent le connaître, ses politiques et lui-même. Surtout pour l’instant, en raison de la crise, la rôle de la chine est plus important qu’avant dans le monde et à zone euro. Les chinois dont leur propre système social n’est pas encore installé ne veulent pas donner l’argent à sauver l’euro. On peut trouver les commentaires très négatifs par tout sur internet. Je pense que cette fois c’est le peuple chinois qui a dernier mot pendant la période de l’alternance du pouvoir en Chine, parce que les dirigeants ne veulent pas prendre de risques d’affronter les opinions publics. Monsieur Hollande est toujours à la tête du sondage ( 62% dernier), selon les chinois, il y a une grande possibilité qu’il sera le prochain président français. Donc, c’est normal, les chinois s’intéressent à Hollande.

 

Qu’est que les chinois pensent-ils de Hollande ?

Yun : D’un côté, ils ont une grande inquiétude que la relation franco-chinoise reculera s’il est élu selon sa parole dans les médias. Selon mon enquête personnelle, c’est vrai, même chez les Français. Mais, jusqu’à aujourd’hui, on ne sait pas clairement sa politique diplomatique, donc, les petites phrases électorales au primaire ne signifient pas trop. Les Chinois sont patients de l’attendre, en particulier sa visite en Chine pendant la campagne comme Royal et Sarkozy en 2007, et aussi Mitterrand en 1981. D'un autre côté, il est si nouveau qu’il peut donner une grande bonne surprise à tous, parce que les Chinois n’aiment pas Sarkozy. Ils pensent qu’il flatte maintenant la Chine juste pour l’argent. S’il est réélu, il changera tout de suite, comme en 2008. Selon la tradition chinoise, les politiciens que les Chinois respecteront doivent maintenir leur valeur.

 

Est-ce que cela veut dire que si les Chinois ont le droit de vote, ils choisiront Hollande ?

Yun : Non, au contraire peut-être. Même si les Chinois n’aiment pas Sarkozy, ils le connaissent depuis 4 ans, il visite plusieurs fois en Chine, cela signifie qu’au moins il  attache l’importance à la Chine, les Chinois sont contents. Et puis, nous travaillons ensemble pendant 4 ans quand même. Enfin, au camp de l’UMP, le patron, Monsieur Copé et l’ancien Premier Ministre Raffarin visitent souvent en Chine. En revanche, les Chinois ne connaissent pas Hollande, ni PS non plus. Ils ne savent pas qu’il va faire entre les deux pays. Naturellement, on choisira le candidat qu’il a déjà connu, même il est impopulaire. Donc, concernant la concurrence en Chine, Hollande doit travailler plus que le Président actuel, s’il considère vraiment que la relation franco-chinoise est importante. Bien sûr, il a des chances, sauf que les Chinois n’aiment pas son adversaire, comme il dit toujours « le changement », je crois qu’il a son propre principe de la diplomatie, il me sens qu’il a une grande l’intelligence d’ être homme d’État selon mes expériences politiques. Au cas de l’interview, puisque j’ étais directeur de la communication au gouvernement chinois à Shanghai, il m’a aussi demandé des conseils. Je lui a propose une visite en Chine, parce que la Chine est en train de l’attendre.

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil